Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2016 6 17 /09 /septembre /2016 21:28

Tiens, écoute, c'est comme Louis XIV... Louis Louis ( il chantonne ...) Tu le fais exprès ou quoi ? Ca me faisait penser aux Kingsmen... Louie Louie, c'est bien eux? Moi j'te propose de l'élévation, de la grandeur, la France éternelle, et toi... Bon OK...allons-y pour l'étiquette, la Galerie des glaces, les courtisans, le parc, les guerres...passionnant.... merci M .Lavisse le vertueux sévère s'évertuant à me faire un bon vieux long cours des familles... Ecoute...je ne sais plus où je l'ai lu, mais je l'ai lu, parole...dans un inventaire quelconque, parmi tant d'objets ayant appartenu à ce bon vieux Sun King, une perruque tâchée de sueur... Et ? T'imagines frangin...pour moi ce fut comme Claudel à Notre-Dame T'as de ces références bien vilaines et bien  rances ! Tu erres, pauvre hère ! Mais que faire de cette perruque, mon cher ? Emerveillement, émerveillement ! Ce roi fier, orgueilleux, était aussi un timide, si si...cette sueur, c'est celle d'un homme pris dans l'étouffement d'une foule de courtisans, que dis-je d'une cohue vociférante de hall de gare, c'est la sueur d'un simple mortel qui a chaud, qui transpire aussi, qui sue, d'émotion, de l'effort permanent qu'il fait pour rester impassible, lui à la larme si facile, du moins dans sa jeunesse, malgré le poignard des regards sans cesse sur lui portés... Continue, tu m'intéresses quelque peu.... Monsieur est trop bon.... Louis le secret, Louis à l'implacable volonté, dompteur des autres et de lui-même, jour après jour, mois après mois, année après année, s'impose, roi-machine, roi-horloger, son métier de roi, s'offre, idole martyre, malgré sa sensibilité, à son public, parce qu'il le veut, parce qu'il le doit, parce qu'il est roi... Tout ça à cause d'une perruque....mais toi aussi tu transpires, ton éloquence t'as donné chaud ... patron, la même chose ! Eh bien moi aussi, j'ai un peu de culture.... ça me fait penser aux dernières images du film de Rossellini " La prise du pouvoir par Qui Tu Sais" : enfin seul, dans le silence et la solitude de son cabinet, il enlève sa perruque, justement, et ses pesants habits de roi ; puis il médite, un livre à la main, respiration avant la reprise du fardeau. C'est donc Louis- Sisyphe, et non Louis XIV ! Ce que tu dis là est décisif ! Et comme en France tout finit par des chansons, chante- nous donc: Louis, you're gonna carry that weight, carry that weight for a long time ! Et puis tiens, ça me fait penser, quand Louis, qui n'avait, la quarantaine passée, presque plus de dents, s'est fait arracher les dernières qui lui restaient ... Messieurs, il se fait tard, plus d'anecdote, à la semaine prochaine !

Partager cet article

Repost 0
Published by francoisjeandelapommeraye
commenter cet article

commentaires