Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 19:57

Cette rue ! Claire et bleue

Lavée de haute lumière...

 

Les siècles y fondent,  chandelles d'un soleil

Eboulé de prières 

 

 

Et mon cœur réaccordé palpite...  enfin je puis croire !

 

 

         Il neige

Des pétales blancs comme des palmes d'ange

S'en vont givrer les pavés inégaux

         Pleins de fange

De la vieille ville aux cent clochers.

 

 

 1528

Il neige, et les jardins de

Nuremberg sont  des fontaines de sucre en aile de vent

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pas à pas, orgueilleux,  être primitif,

 

 

 

              Il marche

 

 

 

 

 

Des enfants aux joues

Rouges     

Sous les froides arcades

Des remparts

 

 

             Calme

 

 

 

Son ciel

Est mon

Silence

 

 

 

 

Sa tête sur la fenêtre aux frais losanges

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Images diverses et d'été 391

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ouverture d'Albrecht
Ouverture d'Albrecht

Partager cet article

Repost 0
Published by francoisjeandelapommeraye
commenter cet article

commentaires

Thierrymer 06/01/2013 21:13

Éphémère, cette belle neige et ces pavés inégaux sont faits pour Dürer.
Bravo.
Tout cela me fait penser que Melancholia (le vis-tu ?) est l'un de mes plus beaux souvenirs cinématographiques de ces dernières années.
Amitiés.

francoisjeandelapommeraye 17/01/2013 22:19



Merci, ô gentil commentateur! Melancholia : film de Lars von Trier, il me semble... halas, point ne le vis!


Amitiés


JF



Présentation

  • : Le blog de francoisjeandelapommeraye
  • Le blog de francoisjeandelapommeraye
  • : Blog poétique
  • Contact

Recherche

Liens