Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 septembre 2016 3 07 /09 /septembre /2016 20:02
frigorifique
frigorifique
frigorifique

Une lumière

Fixe

Morte

Bleue

Ton souffle

Suspendue

Cette buée infinie de silences

Froide

Déjà

frigorifique
frigorifique
Repost 0
Published by francoisjeandelapommeraye
commenter cet article
7 septembre 2016 3 07 /09 /septembre /2016 15:03
charbon brûlé

cendre poudre en score et poussière de fer

résidus d'ordalies majeures

ordinaire expiation?

charbon brûlé
Repost 0
Published by francoisjeandelapommeraye
commenter cet article
2 septembre 2016 5 02 /09 /septembre /2016 21:23
Have you seen the queen's skin?

Dead is the bed...

Rip her to shreds !

Off with her head !

Repost 0
Published by francoisjeandelapommeraye
commenter cet article
26 août 2016 5 26 /08 /août /2016 07:56
Althusser à quoi?

Aryen!

..... Gramsci beaucoup........

Repost 0
Published by francoisjeandelapommeraye
commenter cet article
28 juillet 2016 4 28 /07 /juillet /2016 22:49

sous un plein soleil d' océan l'étain ébloui des milliers de flaques d'outremer réverbérant les ondulations d'ombrelles en frais clapots finit par mourir à ce grand souffle épuisé de suroît où tes lèvres se salent tu frissonnes il devient tard ta main fine s'abandonne si fluide dans l'eau pourpre veineuse pétiolée d' aigrettes d'écume et d'orage au loin une mouette une dernière voile un sillage le refus instamment supplié détesté désiré de cette éternité supplée dernière infusion de nos songes

Repost 0
Published by francoisjeandelapommeraye
commenter cet article
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 21:22

fortjardindesantacruzplagedesandalousesrued'orléansportedecanastelplacedelarépubliquepréfectureplacekléberboulevardmalakoffboulevardoudinothôpitalducampementbainsturcsminaretclassééglisesaintlouisquartierdelamarinetombeaudesévêquesbibliothèqueplacedelaperlerueducardinalmercierpetitcafédelaplaceetsescagesàoiseauxruedel'hôpitalécolesédimanmausoléedesidihouariplacedesquinconcesetsesplatanesporteduravinboulevarddudocteurmolleusinebastosquartierdelapêcheriehuiled'olivechaudepoissongrillélacalèreécoledestrinitairesruelieutenantrégnierruedevilnaquartierdechâteauneufruedesjardinsruephilippehôtelnumidieruedegênesmosquéedupacharuedetunissallemarcelcerdandansl'étéd'albertcamusquartierdesidielhouarilaboulangeriedu25delaruemarcelcerdanexruedufondouckappartenaitàlafamillenatéralecinémamogadoretlegaragedetontonraphloudevenubricàbracdebrocanteurceschaleurscesheuresontpasséenodorantesprièresd'orants

Prière d'Oran
Prière d'Oran
Prière d'Oran
Prière d'Oran
Repost 0
Published by francoisjeandelapommeraye
commenter cet article
19 mars 2016 6 19 /03 /mars /2016 20:33
Lapone aponie
Lapone aponie

je ne veux connaître d'histoire d'heureuse naissance de connaissance de renaissance n'être plus douleur en capitale à naître à soumettre tout et tous bonheurs maux maîtres paroles gelés

en aponie plus de mise au monde de monde net de moi-même honnête droit

ou pas

jamais plus ivre de vivre des livres des plaintes d'Orphée des soupirs de la sainte et des cris de la fée mon corps de cuivre délivré de toute terreur de toute joie déclouté d' un coeur chaud de givre froid de fièvre

ataraxie Senor?

Repost 0
Published by francoisjeandelapommeraye
commenter cet article
11 mars 2016 5 11 /03 /mars /2016 21:12

d'un monde perdu disparu parfois oublié négligé mais jamais mort à la vérité des âges des neiges des plages semés de ces anges orageux plus ou moins pâles certains en nage incertains de quelque bonheur que ce soit mais leurs ailes déployées mélangées d'orange changeant de jaune vacillant de bleu de ciel épris de ces mésanges idéales me becquetant cependant m'apportant d'étranges et doux messages aux accords portés en soi si peu outrageants malgré tout tendrement soyeusement somptueusement dérangeants

prisés jamais méprisés stimulants toujours étonnamment dansants

 

d'où je viens
Repost 0
Published by francoisjeandelapommeraye
commenter cet article
9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 21:01

Dans le vent la pluie le soleil les nuages les saisons et le temps

Sans se détourner à quoi bon

De l'Infini haletant de ce temps fini qui emplit tout

Mon âme emportée

Survivante

Délavée avalée par ses pluies battantes

Charnelles

Ses vérités sans vérité

C'était elle

L'amante

Sa peau ses mains je les aimerai

Toujours

Ce souffle pur

Des jours d'hier

Et de demain

Rien de plus

Et tout est dit

Elle me grandit

Repost 0
Published by francoisjeandelapommeraye
commenter cet article
5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 19:16
dominée, l'éthernité, de la distance de son exitstance?

devenir substance du ciel soleil

substancielle clarté

à l'amante

sans nuage de laid?

il n'y a pas de Lazare

Repost 0
Published by francoisjeandelapommeraye
commenter cet article